Antennes relais

Publié le par Ensemble Pour St-Cyprien

 

  Je m'installe à Saint-Cyprien , on se passe un coup de fil t’as pas changé de numéro de portable, de toute façon t’inquiète pas j’ai ton mail… »

Voilà un titre fort sympathique qui fait partie de la vie quotidienne de chacun de nous… parce qu’il faut aller vite, toujours être informé à l’instant présent, un outil devient indispensable le téléphone portable, l’internet. Jusque là tout va bien mais… car dans la vie il y a toujours un « mais » !

 

Tous ces moyens de communications nécessitent de la technologie et de l’énergie, on peut avoir tout ce que l’on veut sur un tout petit écran sans fil, bien sûr sans fil, sinon c’est pas drôle, pas pratique, trop ringard… Afin que chacun d’entre nous puisse être et paraître en société, des têtes biens faites et biens  pleines créent pour nous tout ce qu’il nous faut pour nous être « agréable ».

Toutes ces technologies sans fil passent forcément par le biais d’ondes via des antennes relais installées par les différents opérateurs téléphoniques.

 

Revenons à Saint Cyprien, levez les yeux quand vous vous promenez et vous verrez, sur le toit de certains hôtels, de certains petits collectifs ou plus spécifiquement des châteaux d’eau de drôles de « menhirs » qui se hissent au dessus !

 

Nous allons essayer de façon objective de  vous donner quelques éléments qui vous permettrons de vous forger votre propre opinion.

 

Il est incontestable que les ondes électromagnétiques diffusées par de nombreux appareils électroniques et par certaines antennes sont dangereuses pour la santé, à des échelles différentes.

Cependant, personne ne connaît vraiment le niveau de danger qu’elles représentent : bien souvent, nous avons des résultats d’enquêtes, des sondages, ou des témoignages, mais rares sont les études qui démontrent des véritables conséquences sanitaires dangereuses. De plus, régulièrement, la plupart des résultats qui démontrent un vrai danger sont étouffées, par les opérateurs de téléphonie mobile par exemple, et cela pour des raisons économiques.

 

Les antennes relais :

 Les antennes relais sont implantées partout ; elles sont nécessaires aux téléphones mobiles et permettent leur utilisation. Peu de gens se méfient vraiment de ces antennes qui augmentent en nombre et semblent habiter de plus en plus les toits des immeubles, envoyant alors leurs ondes nocives directement aux habitants vivant autour.

Dans beaucoup d’endroits, les riverains se plaignent de plus en plus de troubles apparaissant à chaque nouvelle implantation.

On peut trouver plusieurs effets :

 

-Des effets neurologiques : troubles du sommeil, maux de tête, nausées, insomnies, agressivité, stresse, vertiges, irritabilité, voire même des dépressions.

 

-Des effets cardiaques : troubles du rythme cardiaque, tachycardie

 

-Des effets sanguins : perturbations des hormones

 

Les téléphones mobiles actuels fonctionnent à des fréquences comprises entre 800 et 1800 MHz. Les champs RF (radiofréquences) de fréquence comprise entre 1 MHz et 10 GHz pénètrent dans les tissus exposés et provoquent un échauffement dû à l'absorption d'énergie. Même lorsqu'il est de très faible intensité, un champ RF génère une petite quantité de chaleur, mais celle-ci serait évacuée par les processus normaux de thermorégulation de l'organisme. Aussi dans l'état actuel des connaissances scientifiques, il est peu probable que l'exposition à des champs RF de faible intensité, induise ou favorise l'apparition de cancers, notamment ceux qui sont émis par les téléphones mobiles et leurs stations de base. (Sources : O.M.S.)

Actuellement les effets sur la santé des fréquences émises par les téléphones portables ne sont pas clairement établis et souvent contradictoires, et leurs incidences sur la santé de l'homme ne sont pas suffisamment bien comprises pour justifier une limitation de l'exposition aux champs RF de faible intensité. Toutefois l'Union européenne recommande aux constructeurs des appareils dégageant de tels effets d'être "prudents".

Conseils aux inconditionnels du portable
- éloigner le plus possible l’appareil de l’oreille
- Choisir un appareil à antenne longue
- éviter le port de lunettes métalliques lors des appels
- Résister au désir de téléphoner dans les lieux clos et/ou souterrains (métro, gares, aéroports, immeubles…) car la puissance nécessaire pour émettre est alors plus importante.

 

Généralités sur la dangerosité actuelle de la téléphonie mobile (antennes relais et téléphones portables, wifi, téléphones sans fil DECT, Bluetooth, Babyphones, micro ondes, plaques à induction...)

Tout d'abord, les ondes de la téléphonie mobile ont une structure beaucoup plus agressive que celle de la radio et de la télévision car il s'agit de micro ondes pulsées en extrêmement basses fréquences

La science indépendante de l'industrie affirme unanimement que ces émissions radioélectriques sont nocives à partir de 0,6V/m.

 

Dans d’autres communes les maires ont décidé de faire déplacer les antennes en dehors des zones d’habitation. Ces déplacements doivent être effectués avec l’accord des opérateurs téléphoniques et au frais de la commune. Ce fut le cas sur la commune de Pollestres.

Toutefois : Le Conseil d'Etat estime qu'un maire n'a pas la compétence pour réglementer l'implantation des antennes relais de téléphonie mobile sur sa commune ! Le Conseil d'Etat « juge que seules les autorités de l'Etat désignées par la loi (ministre, ARCEP, ANFR) sont compétentes pour réglementer de façon générale l'implantation des antennes relais de téléphonie mobile. »

« Un maire ne saurait donc réglementer par arrêté l'implantation des antennes relais sur le territoire de sa commune, sur le fondement de son pouvoir de police générale »

Il faut savoir que toutes les sociétés de téléphonies mobiles paient un loyer pour implanter leurs antennes, en ce qui concerne notre commune il faut savoir qu’actuellement les antennes implantées au niveau du château d’eau rapporteraient environs 20000€ par an ! Vous allez vous dire que c’est pas mal mais ramené au budget d’une ville de plus de 10000 habitants cela relève de la goutte d’eau !

Un peu plus haut, nous vous indiquions que la norme était de 0,6V/m, des relevés effectués sur la commune indique qu’en moyenne nous sommes soumis à 3V/m ceci étant une moyenne il y a des endroits avec moins et d’autres avec plus… Dans d’autres communes du département des riverains d’antennes se battent en invoquant  le principe de précaution.

En conclusion, tant que scientifiques et opérateurs fourniront des études contradictoires pour quelques raisons que ce soit, il faut faire appliquer le principe de précaution. Les antennes et le progrès OUI mais relayer par des antennes installées loin des habitations, des écoles et avec une émission inférieure ou égale à 0.6V/M. De plus, quand vous achetez un mobile favorisez à l’esthétique le DAS (L'indice de débit d'absorption spécifique ou DAS (aussi connu sous sa dénomination anglaise SAR pour Specific Absorption Rate) est un indice qui renseigne sur la quantité d'énergie véhiculée par les radiofréquences émises vers l'usager par un appareil radioélectrique (téléphone portable, par exemple), lorsque cet appareil fonctionne à pleine puissance, dans les pires conditions d'utilisation) ; dans vos foyers préférez le filaire au wifi.

Alors même si nous ne vous avons pas convaincus, êtes vous au moins d’accord pour l’application du principe de précaution ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article